30 mars 2018
/
admin
Catégories :
  • Moto,

Le gilet airbag

Protection-airbag-Airbagschutz (2)

Bien qu’ils soient disponibles à l’achat depuis à peu près dix ans, le marché des gilets airbags pour moto reste un marché de niche. Poussé par la recherche de la protection totale en compétition, l’offre devient de plus en plus vaste et accessible et les modèles plus élaborés. Seulement les motards restent perplexes. Un tel investissement est-il nécessaire ?

 

Pourquoi porter un gilet airbag ?

Certains se posent encore la question pourquoi faudrait-il porter un gilet ? La réponse semble pourtant évidente. Le gilet airbag protège à la fois les organes vitaux mais également le dos et la nuque en cas de chocs, chutes ou glissades. Cette protection permettrait une conduite plus sereine pour les motards.

Notez qu’ils sont désormais obligatoires au championnat du monde (MotoGP 2018 par exemple). Il ne serait donc pas impossible que dans le futur, la sécurité routière l’exige.

 

Les différents modèles existants à ce jour

À ce jour, il existe trois technologies d’airbag : filaire, radiocommandée et autonome. Elles respectent tous le même principe : lorsque le motard chute ou est éjecté de la moto, un mécanisme libère du gaz comprimé dans une cartouche afin de gonfler l’airbag. Trois critères définissent la durée de ce moment : le temps de détection de l’accident, le temps de déclenchement du système et le temps de gonflage de l’airbag.

Les airbags filaires

Comme son nom l’indique, l’airbag est raccordé à la moto grâce à un fil. Le choc arrache le lien (avec une force minimum de 30 kg pour éviter le déclenchement lors d’oubli).

Principal inconvénient de cette technologie, le temps de détection augmente selon la longueur et la lâcheté du fil et de ce fait la protection diminue. Cependant le motard doit toujours être capable d’effectuer des mouvements (notamment une marche arrière).

Les airbags radiocommandés

Ils fonctionnent sur le même principe que des airbags dans une voiture. Un boîtier est fixé sur la moto afin de détecter le choc. Il envoie ensuite un signal de manière radiocommandé pour déclencher l’airbag. Deux constructeurs produisent ce modèle : Bering et Dainese.

Le principal problème de ces boîtiers c’est qu’ils ne sont pas compatibles sur l’ensemble des motos. Ce dispositif reste cher et il faut vérifier systématiquement l’état des piles qui alimente le gilet. Certains diront qu’on peut toujours douter de la fiabilité de l’électronique.

Les airbags autonomes

Cette fois ci, ni fil ni capteurs, l’intégralité du dispositif se retrouve dans le gilet lui-même. Deux constructeurs sont performants dans ce domaine : Hi Airbag Connect et Alpinestars. Le principal inconvénient de cette méthode est l’autonomie du gilet. Généralement de quelques heures, il doit être rechargé après chaque utilisation.

 

Des motards indécis face au gilet airbag

Les utilisateurs semblent avoir du mal à comprendre la nécessité de se protéger. Certes, le système idéal n’existe pas encore et il n’y a aucune réglementation à ce sujet. La sécurité de chacun devrait pourtant être une priorité. Affaire à suivre.

Retrouvez notre gamme d’airbag sur Access-k

facebooktwittergoogle_pluspinterest