24 février 2017
/
admin
Catégories :
  • Kawasaki,
  • Motos de légende,

Retour sur le modèle W1 650 de Kawasaki

Kawasaki W1 650

À son lancement dans les années soixante, la W1 fut la moto qui possédait le plus gros moteur jamais construit au Japon. Cette moto s’est bâti une solide réputation grâce à ses performances mécaniques et sa robustesse. Plusieurs versions ont été créées suivant des demandes spécifiques du gouvernement de l’époque. Les modèles pour forces de l’ordre se caractérisaient par le système de freinage à doubles disques à l’avant.

Une moto inspirée de la BSA anglaise

La série W1 a été lancée dans l’unique but de concurrencer les célèbres motos verticales britanniques de l’époque.  D’ailleurs, le W1 reprend trait pour trait certaines des caractéristiques des engins à deux roues anglaises. Contrairement à toutes les attentes, le W1 a connu un énorme succès aux États-Unis. Elle fut l’un des best-sellers du marché nord-américain en 1966.

Une moto réputée par sa puissance

D’un point de vue esthétique, la Kawasaki W1 ne diffère en rien des motos militaires utilisées à l’époque. Pour autant, son design n’est pas du tout classique. Grâce à son moteur bicylindre en ligne, sa distribution à soupapes en tête avec deux soupapes par cylindre, son système de refroidissement à air, son carburateur Mikuni VM31 Ø 31 mm, la moto développa une puissance de 50 chevaux pour 6500 tr/min.

Pâle copie ou innovation ? La W1 a quand même réussi à séduire

La conception de cette moto était tout à fait différente de celles qui ont été produites précédemment, les Kawasaki B8 125 et Kawasaki B8M. Elle fut équipée d’un vilebrequin pressé monobloc avec roulements à billes ainsi que des biellettes monobloc avec roulement à aiguilles. Pour ce qui est de la conception du cadre, il apparaît clair que la W1 était inspirée des motos classiques britanniques. Kawasaki a même adopté le système de démarrage avec le pied droit et le freinage par le pied gauche. La W1 était appréciée pour sa stabilité. Sa boîte de vitesse manuelle à 4 rapports, son embrayage multidisque en bain d’huile et sa transmission finale en chaîne furent considérés comme les plus fiables à cette époque.

De 1966 à 1968, les moteurs de la W1 n’ont été équipés qu’avec des carburateurs Mikuni de 31 mm. Au-delà de 1968, notamment à l’apparition de la W1SS et de la W2, Kawasaki a décidé d’adopter deux carburateurs de 28 mm, ce qui leur a permis de gagner 15 km/h et 6 chevaux. Il va sans dire que ces motos étaient plus puissantes, mais elles n’ont pas eues le même succès que la W1. La production de la W1SS a été interrompue en 1971 et la W2SS en 1970.

La W1 fut l’une des motos les plus populaires jamais construites par Kawasaki

Bien que la W1 fût exclusivement produite pour le marché européen et nord-américain, elle demeura très populaire au Japon. C’est d’ailleurs pour cette raison que la firme nippone a décidé de consacrer les modèles suivants pour le marché intérieur. Les motos de la série W n’ont jamais cessé d’être améliorées au grand plaisir des motards japonais.

Une moto taillée pour la compétition

La W1 624 cm3 de Kawasaki n’était pas une moto de compétition, toutefois, elle en présentait toutes les caractéristiques. Puissante et maniable, cette moto filait à vive allure sur les routes et les sentiers. La moto pouvait rivaliser avec les plus grandes créations de l’époque, parmi lesquelles figuraient la Triumph Bonneville, la BSA Spitfire, la Suzuki T500 et la Honda CB450. La W1 est une moto mythique qui suscite encore l’admiration des férus de Kawasaki. Actuellement, une W1 à 324 cm3 est la cible privilégiée des collecteurs, elle peut s’obtenir à partir de 2000 €.

facebooktwittergoogle_pluspinterest